L'IRM en Antarctique : Nouvelle campagne de mesures

Ce 21 novembre 2015, le chercheur de l’IRM, Dr Quentin Laffineur, et son collègue de l’Institut d’Aéronomie Spatiale (IASB), Christian Hermans, vont partir pour l’Antarctique (pôle Sud) à la station polaire belge Princesse Elisabeth. Ceux-ci seront assistés depuis la Belgique par leur collègue de l’IRM, Dr Alexandre Mangold, qui s’est rendu sur place à de nombreuses reprises et a une grande expérience des mesures scientifiques en Antarctique.

 

Leurs activités vont se dérouler dans le cadre de l’expédition scientifique belge en Antarctique (BELARE 2015-2016), organisée par le Secrétariat Polaire et la Politique Scientifique Fédérale (BELSPO). Cette expédition est soutenue par la Secrétaire d’Etat à la Politique Scientifique, Elke Sleurs, ainsi que par le personnel de la Défense pour le soutien logistique.

 

Les premières semaines vont être consacrées à la maintenance de plusieurs instruments de mesures permettant de caractériser les propriétés physiques et chimiques des aérosols ainsi que les propriétés physiques des nuages. Pour la première fois, ces instruments ont fonctionné automatiquement pendant une année entière ainsi que pendant la période ou la station est inhabitée (entre le mois de mars et le mois de novembre 2015). Cette série de mesures inédites va être très utile pour les scientifiques du projet AEROCLOUD (projet financé par BELSPO) mais aussi pour une partie de la communauté scientifique internationale dans le domaine des aérosols. Pour plus d’information concernant le projet AEROCLOUD

 

Les deux scientifiques vont également procéder à l’installation et/ou à la réinstallation d’instruments de mesure trop sensibles pour fonctionner sans surveillance direct sur place ou qui ont dû subir une maintenance en Belgique après la dernière campagne de mesures (entre novembre2014 et février2015). Parmi ces instruments, il y a notamment :


- un instrument (Brewer) qui va mesurer la quantité d’UV arrivant au sol ainsi que la quantité totale d’ozone contenu dans l’atmosphère permettant de suivre l’évolution du trou dans la couche d’ozone (cette année, sa taille a atteint presque le record maximal observé en 2006),
- un système de radiosondage permettant d’envoyer au moyen d’un ballon météorologique des capteurs météo en altitude indispensables pour mesurer les paramètres météo en hauteur,
- un instrument (MAX-DOAS) de l’IASB qui va mesurer les concentrations de certains polluants dans les premières couches de l’atmosphère.
- une nouvelle station météo conçue pour consommer très peu d’énergie et mise au point par l’Institute for Marine an Atmospheric Research (IMAU, Utrecht, Pays-Bas).
- un instrument prêté par l’Institut pour la Recherche dans la Troposphère (TROPOS, Leipzig, Allemagne) permettant de mesurer et d’identifier les aérosols responsables de la formation des nuages.

 

Les Dr Quentin Laffineur et Dr Alexander Mangold de l'IRM, lors de la campagne de mesures 2014-2015.

Au total, ce ne sont pas moins de 13 instruments de mesure dont nos collègues vont devoir s’occuper sur une période d’un mois. Nous leur souhaitons déjà bon courage et bon travail dans l’accomplissement de ces tâches scientifiques indispensables à la compréhension des mécanismes atmosphériques en Antarctique.

 

Suite aux constatations de la disparition de matériels à la station faites par la première équipe BELARE 2015-2016 arrivée ce jeudi 19 novembre 2015, nos scientifiques, depuis la Belgique, n’ont constaté aucun impact sur les instruments de mesure encore en fonctionnement à la station et ont toujours le contrôle à distance des instruments. Nos scientifiques restent néanmoins vigilant afin que ces actes malintentionnés ne viennent porter préjudice par la suite aux travaux scientifiques à la station polaire Princesse Elisabeth durant cette prochaine campagne de mesures.

 

Pour plus d’informations, vous pourrez suivre le travail de nos collègues via ce lien : http://belatmos.blogspot.com