Nouvel éclairage de l’IRM sur l’orage du 29 mai 1956 à Dison à partir de données inédites.

Il y a soixante ans, le 29 mai 1956, la commune de Dison était frappée par une inondation catastrophique sans précédent. A l’occasion du soixantième anniversaire de cette catastrophe, l’IRM dévoile quelques informations inédites au sujet de l’orage dévastateur qui a provoqué ce drame.


En collaboration avec la Politique scientifique fédérale (BELSPO), l’IRM a entamé une vaste campagne de numérisation de ses collections. Un patrimoine riche mais souvent peu exploité où de nombreux documents qui sommeillaient depuis des décennies dans les archives sont à présent, grâce à leur numérisation progressive, en voie d’être aisément accessibles, dans un premier temps auprès des chercheurs de l’IRM et plus tard aussi auprès du grand public.


Parmi les collections en voie de numérisation, figure la collection des bulletins d’orage. Ces dizaines de milliers de bulletins, rédigés par des observateurs de l’IRM depuis la fin du XIXème siècle jusqu’à nos jours , fournissent une mine d’informations sur ce phénomène, parfois dévastateur, comme ce fut le cas il y a 60 ans, le 29 mai 1956 à Dison, une date marquée d’une pierre noire en région verviétoise.

 

 


 Crédits photos Belga et Le Soir illustré

 

 

 Crédits photos Le Soir illustré

 

En cette fin mai 1956, le temps est particulièrement chaud pour la saison. Le 28 mai, la température grimpe jusqu’à 31°C à la station météorologique de Verviers, située à l’époque rue de la Concorde. Ce temps caniculaire et lourd va entraîner dans l’après-midi du 29, une dégradation orageuse avec des conséquences dramatiques à Dison. L’orage accompagné de grêle provoque des précipitations d’une intensité extrême. La station de Verviers enregistre 57 millimètres en moins d’une heure, tandis que le pluviomètre de la station de Thimister récolte 68 millimètres. Profitant d’un relief encaissé, l’eau dévalant des pentes environnantes déborde rapidement du ruisseau de Dison et s’engouffre dans la cité, emportant tout sur son passage et entraînant la mort de quatre personnes dont un enfant de neuf ans.

 

L'observateur de la station de Thimister en 1904. La famille Lacrosse fournira plusieurs générations d'observateurs responsables de la station de Thimister entre les années 1900 et 1988.

Le déroulement de cet orage a été suivi minute par minute par M. Jean Petit, observateur de l’IRM à Dison (Mont) et retranscrit dans son bulletin d’orage. Il est fait également état des dégâts causés par l’orage ; des données qui n’avaient jamais été exploitées à ce jour. On y apprend notamment que la pluie a commencé à tomber à 16h21 et qu’elle n’a cessé qu’ à 20h52. Que la pluie a été très forte entre 16h27 et 17 h19 et qu’elle fut accompagnée de grêle entre 16h 52 et 17h 08. L’observateur note aussi les conséquences de la grêle couvrant le sol sur « 8 à 10 cm d’épaisseur, aplatissant tous les potagers et hachant les fruits des arbres et arbustes ». Il signale enfin que « Dison qui est une cuvette, inondée en quelques minutes par les eaux des hauteurs environnantes ».


Malheureusement, la quantité d’eau recueillie à la station de Dison (Mont) est absente du bulletin car seule une partie des observateurs intégrés au réseau d’observation des orages disposait d’un pluviomètre dans leur jardin.

 

 

 Crédits photos Le Soir illustré