Un nouveau système de détection de la foudre à l’IRM

L’IRM dispose depuis les années nonante d’un système de détection de la foudre (BELLS – Belgian Lightning Location System) qui permet de localiser en temps réel les impacts de foudre sur la Belgique. Un renouvellement en profondeur de ce système a été réalisé récemment avec le soutien de Elke Sleurs,  secrétaire d’Etat précédemment en charge de la politique scientifique.

 

Localisation des capteurs BELLS, avec en rouge les capteurs SAFIR et en bleu les nouveaux capteurs LS7002.

Depuis 25 ans, l’IRM exploite un réseau de capteurs de type SAFIR permettant d’observer aussi bien les coups de foudre qui atteignent le sol que les éclairs, plus nombreux, qui se produisent au sein même des masses nuageuses. La partie du système qui détectait les décharges au sol n’étant plus assez performante il a été décidé de compléter le réseau avec 5 nouveaux capteurs du type Vaisala LS7002. Ces capteurs, répartis sur tout le territoire, enregistrent les impulsions électromagnétiques à basses fréquence qui sont produites par les coups de foudre. C’est en croisant les informations reçues par les différents capteurs que l’on peut localiser les coups de foudre.

 

Le dernier capteur installé à Riemst, opérationnel depuis le 1er septembre 2017.

Les nouveaux capteurs installés ainsi que le logiciel de traitement sont à la pointe de la technologie et ils forment ensemble un nouveau système de détection de la foudre extrêmement performant. BELLS permet de détecter plus de 95 % des impacts de foudre avec une précision de localisation de l’ordre de 100 à 200 mètres. Il constitue ainsi un des meilleurs systèmes de détection de la foudre en Europe !

 

Les observations sont utilisées à l’IRM pour établir les prévisions météorologiques à très court-terme, de quelques minutes à quelques heures, et pour envoyer des avertissements en cas de situation météorologique dangereuse. Les données sont également utilisées pour répondre aux requêtes des sociétés d’assurance et pour rédiger les rapports pour le fonds des calamités. Ces observations constituent également une source d’information inestimable pour la recherche scientifique. Les longues séries d’observations sont par exemple essentielles pour analyser les changements climatiques. Les données sont également largement utilisées à l’extérieur de l’IRM, notamment dans le secteur de l’aviation où les orages constituent un danger important lorsqu’ils se situent sur la route d’un avion ou à proximité d’un aéroport.

 

Le nouveau capteur de Koksijde.

Nous pouvons également annoncer que les images seront prochainement disponibles en temps réel sur le site web de l’IRM.