Un nouveau radar météorologique à Jabbeke

Ce 19 septembre 2012 s'est tenue l'inauguration officielle du nouveau radar météorologique de l'IRM, à Jabbeke, en Flandre Occidentale. Cet événement majeur pour l'IRM s'est déroulé en présence du Ministre de la Politique Scientifique Fédérale, Paul Magnette, du Secrétaire d'Etat à la Régie des Bâtiments, Servais Verherstraeten, du Secrétaire d'Etat à la Fonction publique, Hendrik Bogaert, du Gouverneur de la Province de Flandre Occidentale, Carl Decaluwé et du bourgmestre de Jabbeke, Daniël Vanhessche.

 

Figure 1 : Inauguration du radar le 19 septembre 2012.

Figure 2 : Radar météorologique de Jabbeke

A quoi sert un radar météorologique ?

Le radar météorologique sert en premier lieu à élaborer les prévisions à très court-terme de l’IRM. Ainsi, il constitue un outil essentiel pour délivrer les avertissements en cas de situations météorologiques dangereuses telles que les précipitations abondantes et intenses, les tempêtes, les orages violents, la grêle ou les chutes de neige.

En outre, les radars météorologiques constituent un élément indispensable dans les dispositifs de prévisions des crues et des inondations mis en place par les services hydrologiques régionaux.

Les observations radar sont également d’une grande utilité pour analyser à posteriori les épisodes de précipitations intenses et permettent d’affiner ainsi les avis rendus par l’IRM pour le Fonds des Calamités.

 

Comment fonctionne un radar météorologique ?

Le radar météorologique est un instrument permettant d'observer les précipitations à distance à l’aide d’ondes radio. Il émet une impulsion électromagnétique durant une fraction de seconde et “écoute” ensuite les échos renvoyés par les particules de précipitations (gouttes de pluie, flocons de neige, grêlons…). Le temps qui s’écoule entre l’émission de l’impulsion et la réception de l’écho permet de localiser les précipitations. Le radar balaie l'atmosphère dans toutes les directions et à différentes altitudes et offre ainsi une vue en 3 dimensions des précipitations dans l'atmosphère.

 

Figure 3 : Principe de fonctionnement du radar.

Figure 4 : Image de précipitations observées par le radar de Jabbeke

Le système radar est installé au sommet d'une tour en béton d'une hauteur de 46 m et d'un diamètre de 3m70. La structure en métal en haut de la tour héberge le système d'émission et de réception du radar. Elle est surmontée d'un radôme de 6m50 de diamètre (sphère blanche) qui abrite une antenne parabolique de 4m20 de diamètre.

 

Figure 5: Tour radar.

Figure 6 : Installation du radôme.

Pourquoi un radar à Jabbeke ?

La Belgique comptait jusqu'à présent deux radars météorologiques, l'un exploité par l'IRM à Wideumont dans la province de Luxembourg et l'autre par Belgocontrol à Zaventem. La portée d’un radar météorologique étant d’environ 240 km, un seul radar serait en principe suffisant pour couvrir toute la Belgique mais, en pratique, les observations ne sont exploitables de manière quantitative que dans un rayon de 80 à 100 km autour du radar.

Depuis plusieurs années, l'Institut Royal Météorologique de Belgique souhaitait améliorer la couverture radar du Nord-Ouest du pays. C'est maintenant chose faite grâce à l'installation du nouveau radar de Jabbeke. Le radar sera mis en service après une phase de test et de calibration. Il constituera un poste avancé pour observer et suivre de manière très précise les précipitations venant du Nord de la France et de la mer du Nord.

Le radar de Jabbeke sera intégré dans le réseau européen de radars météorologiques (Eumetnet/OPERA). Ce réseau s'étend sur 30 pays et compte actuellement près de 200 radars.

 

Figure 7: Le réseau radar belge

Figure 8 : Le réseau radar Européen.

Un radar à la pointe de la technologie

Le radar de Jabbeke est équipé de la nouvelle technologie dite de “double polarisation”. Les radars conventionnels fournissent uniquement une estimation de la quantité de précipitations, alors que la technique de double polarisation permet également d’estimer le type des précipitations. Ainsi, le radar pourra par exemple faire la distinction entre la pluie, la neige et la grêle. Grâce à cette technique, le radar de Jabbeke comptera parmi les plus modernes d’Europe.

Ce type de radar météorologique offre également de larges perspectives au niveau de la recherche scientifique. La technique de double polarisation appliquée aux radars météorologiques est assez récente et offre encore de nombreuses possibilités de projets de recherche innovateurs en météorologie et en climatologie.

L’IRM compte s’investir pleinement dans ces recherches en collaboration avec les universités.

 

Figure 9 : Principe du radar à double-polarisation.

Le radar pour flasher les oiseaux migrateurs

Certaines applications du radar météorologique sont plutôt inattendues. Ainsi, le radar météorologique peut être utilisé pour observer le passage des oiseaux migrateurs. L'objectif est, d'une part, d’améliorer la sécurité aérienne en diminuant le risque de collisions entre les avions et les oiseaux et, d’autre part, d'affiner notre connaissance du phénomène de la migration des oiseaux.

 

Figure 10: Cygnes chanteurs.

La vidéo de la contruction du radar sur YouTube

Les photos de l'inauguration sur le site web de la Commune de Jabbeke