Lancement du satellite météorologique polaire METOP-B

Son importance pour les prévisions et le climat.

Après quelques mois de report, nous y sommes presque. Le 17 septembre 2012, METOP-B sera placé en orbite avec les autres satellites. Son but : assurer la continuité des observations météorologiques. Le 19 octobre 2006 avait marqué le début du lancement d’une série de 3 satellites météorologiques (METOP-A/B/C) en orbite terrestre. La mise en orbite du dernier des trois satellites, METOP-C, est prévue pour 2017.
En attendant son lancement, METOP-B est entreposé dans un environnement contrôlé dans les locaux de Starsem à Baïkonour, au Kazakhstan. Ce satellite a été commandé pour EUMETSAT (European Organisation for the Exploitation of Meteorological Satellites) par l’ESA (European Space Agency) et développé par un consortium industriel européen, dirigé par Astrium.
Les 8 instruments scientifiques embarqués à bord du satellite, contribueront, entre autres, à améliorer la qualité des prévisions par l’apport d’informations météorologiques à une échelle globale, et ce, 2 fois par jour. Ces données seront également utilisées pour la recherche sur le climat. Une partie de ces instruments équipe également les satellites polaires américains, gérés par NOAA, afin d’assurer un flux de données continu.

 

Figure 1: Simulation du satellite METOP-B en orbite autour de la Terre (copyright: EUMETSAT)

EUMETSAT a créé plusieurs SAF’s (Satellite Application Facilities) pour pouvoir développer des produits opérationnels spécifiques aux divers instruments de mesure utilisés.
L’IRM est impliqué dans O3MSAF, l’interface d’applications qui traitent les observations de l’ozone, d’autres gaz traces tels que NO2, BrO, HCHO, H2O, SO2, OClO, mais aussi des particules d’aérosols, important pour le monitoring des éruptions volcaniques. La majorité de ces produits sont les résultats des observations de l’instrument GOME-2 (Global Ozone Monitoring Experiment-2), un spectromètre optique qui opère surtout dans le spectre UV visible.
GOME-2 est aussi utilisé pour observer le trou dans la couche d’ozone au-dessus du pôle sud. La figure 3 est un exemple d’observation du satellite METOP-A à hauteur du pôle sud, le 6 octobre 2011 . Le visuel de gauche montre à quoi ressemble un profil d’ozone au-dessus du pôle sud. Le résultat prouve une importante variabilité dans la répartition verticale de l’ozone, lorsque l’on passe du nord au sud. On y voit clairement un trou dans la couche d’ozone, représenté par la zone bleue dans le cercle. Le visuel de droite montre la répartition totale de la colonne d’ozone le long du parcours du satellite. Le visuel de gauche est le détail de la zone indiquée par la flèche.

 

Figure 3: Visuel de gauche : détail de la répartition verticale de l’ozone dans l’atmosphère de 0 à 64 km (profile d’ozone) montrant une partie du trou de la couche d’ozone dans le cercle rouge. Le visuel de droite montre la colonne totale d’ozone sur le trajet nord/sud du satellite METOP-A (copyright: O3MSAF/KNMI/EUMETSAT)

Meer informatie kan je terugvinden op volgende sites:


http://o3msaf.fmi.fi
http://www.temis.nl
http://atmos.caf.dlr.de/gome2
http://www.eumetsat.int
http://www.esa.int