Pluie verglaçante et verglas

On appelle pluie verglaçante les gouttes de pluie ou de bruine qui tombent sur une surface gelée. Lorsque ces gouttes liquides gèlent suite à ce contact, il se forme une couche de glace que nous appelons verglas. Le verglas est donc la conséquence de précipitations verglaçantes.

En cas de verglas, la température dans les couches d’air près du sol est particulière. Les températures de la couche inférieure de l’air sont négatives (par exemple entre 0 et 700m d’altitude). Les températures dans la couche suivante sont un peu plus chaudes, et positives (par exemple entre 700 et 1500 m d’altitude). Il existe donc une inversion de température. Plus haut, les températures sont à nouveau négatives. De la neige se forme lorsqu’on atteint quelques kilomètres d’altitude. Lorsque la neige tombe à travers la couche d’air à température positive, elle fond. Les gouttes de pluie traversent ensuite la couche d’air froid, où elles sont refroidies selon le principe de surfusion. Le contact avec une surface gelée produit finalement du verglas.

Des situations de verglas peuvent aussi se produire à la fin d’une longue période de froid. L’air chaud qui s’approche traverse d’abord les hauteurs (front chaud), parce que la couche d’air froid peut rester « collée » au sol de façon persistante. Si les températures en hauteur sont entièrement négatives, il neige.

 

L’évolution de la température dans les couches inférieures de l’atmosphère, en cas de pluie verglaçante ou verglas, est particulière. On constate des températures positives à une certaine hauteur, et des températures négatives près du sol.

Expression rattachée

Types de précipitations