Ligne de convergence

Une ligne de convergence est une ligne ou une zone où le vent dans les couches inférieures de l’air converge. En conséquence, il peut se produire au niveau horizontal un “surplus” d’air engendrant des mouvements verticaux dont la conséquence est la formation de nuages, mais aussi parfois de précipitations voire même d’orage violent. En principe, les fronts sont aussi des lignes de convergence mais ils ne sont pas considérés ici. Les lignes de convergence se forment à plus petite échelle et ne sont pas une séparation réelle entre les masses d’air.

Dans une ligne de convergence, le vent peut converger dans des directions complètement différentes, par exemple depuis le sud-ouest vers le nord-est. Les convergences surviennent aussi lorsque le vent rencontre des forces de frottement supplémentaires ; par exemple, un vent marin va changer de direction à l'intérieur des terres à cause du frottement qui est plus important. Il ne s’agit donc pas seulement d’une convergence de l’air due à un changement de direction, mais elle est aussi liée à la diminution de la vitesse du vent. Le relief, comme dans les Ardennes, peut également faire dévier le vent et engendrer ainsi des convergences. De ce fait, les Ardennes sont très sensibles aux averses et orages.

 

Un exemple de conversion côtière (source DWD). Les vents marins d’ouest changent de direction à l’intérieur des terres vers le sud-ouest jusqu’au sud, et perdent en puissance. Cela conduit à des convergences et éventuellement la formation de précipitations.

La ligne de convergence la plus classique, et parfois très étendue, se produit de temps à autres lors de jours très chauds d’été. Elle est représentée sur nos cartes météorologiques par une "ligne orange en arête". Ce type de ligne de convergence survient principalement sur la partie centrale de la France, et peut parfois rejoindre ensuite nos régions. Dans certaines régions, l’air est tellement réchauffé (encore plus que dans les terres avoisinantes) qu’il est forcé de monter. Dans les couches supérieures, au-dessus de la zone plus chaude, il peut survenir une petite « surpression » et l’air va alors circuler horizontalement (lors d'une brise de mer, que l’on peut considérer comme une ligne de convergence, c’est le même principe). Le résultat est que la pression de l’air au sol diminue (un petit peu). Sur les cartes, on peut alors trouver un petit renflement de basse pression. On parle d’un « creux ». Dans certains cas, la pression peut diminuer fortement et le creux se transformer en une petite zone de basse pression. Il s’agit alors d’une dépression thermique. C’est principalement lorsque l’air est humide en été que les lignes de convergence peuvent produire des orages graves, avec un risque de vents violents, de pluies ou de grêle. Regardez aussi les images radar associées au mot « ligne de grains ».

 

Un front froid sur nos régions venant de l’ouest. On trouve deux lignes de convergence dans l’air chaud au-dessus du front froid. Les chutes de pression à travers les lignes de convergence sont limitées sur cette carte à grande échelle, mais cela ne signifie pas que des orages violents peuvent se produire. Dans de telles situations, le front froid réel occasionne souvent beaucoup moins de mauvais temps (Source MetOffice).