Episode d'ozone

Contrairement à la couche d’ozone dans la stratosphère, l’ozone à la surface terrestre est dommageable aux formes de vie sur Terre. Lorsque la concentration d’ozone au sol augmente sensiblement sur une certaine période, on parle d’épisode d’ozone ou smog d’ozone.

 

Comment survient un épisode d’ozone ?

La troposphère contient seulement 10% de la quantité totale d’ozone dans l’atmosphère (voir aussi couche d’ozone). La troposphère est divisée en deux couches. A proximité du sol, on parle de la couche limite. Son épaisseur est variable, allant de 100m à 3000m en fonction des conditions météorologiques. Dans la couche limite, la composition de l’air ne varie pratiquement pas avec l’altitude. Au-dessus de la couche limite, où la composition de l’air change avec l’altitude, on parle de la troposphère libre.

Des concentrations d’ozone élevées au niveau de la couche limite sont nocives pour la santé des êtres humains, des plantes et des animaux. Dans cette couche, l’ozone se forme suite à des réactions photochimiques entre du NOx (oxydes d’azote) et des COV (composés organiques volatils). Lorsque les conditions météorologiques sont telles qu’il y a peu de mouvement dans l’air, et que la couche limite est très mince, les concentrations de NOx et de COV peuvent être très élevées (entre autres suite aux activités anthropiques telles que la combustion des gaz d’échappement). Cela peut conduire à des concentrations élevées d’ozone, que l’on nomme smog d’ozone.

Plus d’informations sur les smog d’ozone peuvent se trouver sur le site web de l’Agence européenne de l’environnement. En Belgique, les concentrations d’ozone sont constamment surveillées par la Cellule interrégionale de l’environnement. Sur le site Ircel-Celine, les observations d’ozone et d’autres polluants sont actualisées toutes les heures.

 

Expression rattachée

Trou d'ozone