Température minimale

 Pour plus d’informations à propos du temps universel (TU), de l’heure d’été et de l’heure d’hiver, voir :
http://www.astro.oma.be/GENERAL/INFO/fri001.html

Température minimale dans les bulletins météorologiques

Dans les bulletins météo, on renseigne sur les températures minimales, qui sont valides pour une hauteur de 1,5m. Ce sont les températures les plus basses prévues sur la période de 18.00 à 06.00 TU (les observations climatologiques se font sur une période de 24h). Le moment où les minima sont généralement atteints en Belgique varie au cours de l’année. Généralement, c’est juste après le lever du soleil, en décembre autour de 09.00 heure locale (heure d’hiver) et en juillet autour de 06.00 heure locale (heure d’été).

Les facteurs déterminant les températures minimales

Prédire les températures minimales n’est pas tâche aisée, car il y a beaucoup de facteurs d’influence.

Durant la journée, le sol est réchauffé par la lumière du soleil (lumière visible, infrarouge et rayonnement ultraviolet). La Terre renvoie à son tour l’énergie absorbée sous forme de rayonnement infrarouge. Durant la nuit, le sol se refroidit très rapidement du fait de ce rayonnement intense. Une partie de ce rayonnement est absorbé par les gaz dans l’atmosphère (principalement la vapeur d’eau) et par les nuages. Après l’absorption, la vapeur d’eau et les nuages émettent à nouveau un rayonnement dans l’infrarouge, et cette chaleur est à nouveau partiellement renvoyée vers la terre. En d’autres mots : lorsque l’air est humide ou couvert, le refroidissement sur le sol et dans les couches basses sera moins important. Des courants continentaux secs de l’est ou du sud-est peuvent donc engendrer des minima beaucoup plus importants que les courants marins humides du nord. Les couches basses de nuages provoqueront aussi des minima plus élevés qu’un ciel dégagé.

D’autres facteurs importants sont :

  • La force du vent. Par temps calme, le refroidissement est plus intense et il peut se produire des inversions nocturnes.
  • La nature du sol. Les sols sableux se refroidissent davantage que les sols argileux, parce qu’ils contiennent plus d’air (dans l’argile, les bulles d’air sont remplies par l’eau). Or, l’air est un mauvais conducteur de sorte que la chaleur emmagasinée dans le sol pendant la journée est moins facilement ramenée à la surface pendant la nuit.
  • Dans les zones de haute pression assez fortes, le refroidissement est plus intense à cause de la présente d’air sec au-dessus de l’inversion de subsidence.
  • Par temps calme, les vallées sont souvent plus froides que les flancs adjacents et dans les hauteurs. Le refroidissement nocturne entraîne de l’air froid au sol. L’air froid a une densité plus élevée (elle est plus « lourde ») et aura tendance, avec les pentes, à « rouler » vers la vallée et s’y concentrer.

 

 

Expression rattachée

Température maximale