Atlas climatique

Le climat de la Belgique

Janvier, le deuxième mois de l’hiver météorologique, est en général le mois le plus froid de l’année.

Température

Dans le pays, les moyennes mensuelles de la température maximale varient entre 2°C et 7°C, et pour les températures minimales, entre –3°C et 1°C. A Uccle, les valeurs normales des températures moyennes journalières sont plus ou moins constantes et oscillent entre 2,5°C et 4,5°C.

A Bruxelles-Uccle, la température moyenne mensuelle la plus basse fut observée en 1838 avec –6,3°C, alors que la température moyenne mensuelle la plus élevée date de 2007, avec 7,2°C. La température maximale la plus haute fut observée le 16 janvier 1947, avec 15,3°C, tandis que la température minimale la plus basse fut enregistrée le 23 janvier 1940, avec –18,7°C.

Certaines années, lorsqu’il fait exceptionnellement doux, les températures maximales peuvent encore atteindre les 15°C dans le pays, voire plus. Le mercure a atteint 17,8°C le 5 janvier 1999 à Koersel (Beringen). A Uccle, les moyennes journalières peuvent dépasser les 10°C ; la valeur record est de 12,7°C et a été atteinte le 10 janvier 2007.

Les moyennes journalières peuvent aussi descendre très bas, en dessous des –10°C : à Uccle, le record date du 22 janvier 1942, avec –13,4°C.

La température minimale la plus basse jamais enregistrée dans notre pays est de –30,1°C, observée le 20 janvier 1940, dans la vallée de la Lomme (Rochefort). Après l’an 2000, la température est encore descendue 2 fois en dessous des –20°C : le 2 janvier 2002 (–21,2°C à Neidingen (Saint-Vith)) et le 7 janvier 2009 (–23,2°C à Crupet (Assesse)).

A Uccle, on enregistre en moyenne 11,6 jours de gel au mois de janvier. C’est le mois qui comporte le plus de risque de vagues de froid. Depuis 1901, la plus longue vague de froid à Uccle s’est produite entre le 19 janvier 1917 et le 9 février, soit sur une période de 22 jours consécutifs.

Précipitations

Le total mensuel moyen de précipitations varie en janvier dans le pays, en fonction de la région, de 55 mm à 160 mm. A Uccle, on enregistre en moyenne 76,1 mm de précipitations. A Bruxelles-Uccle, le mois de janvier le plus arrosé date de 2004, avec 153,8 mm. Le mois de janvier le plus sec s’y est produit en 1997, lorsque seulement 2,6 mm avaient été relevés.

De manière générale, les quantités journalières de précipitations relevées en janvier ne sont pas très élevées. Cependant, il se peut que des quantités importantes soient de temps en temps mesurées, comme à Hives (La Roche-en-Ardenne) le 6 janvier 1937, lorsque l’on y a relevé 67,7 mm, ou encore à Libramont le 11 janvier 1993, avec 94,6 mm. A Fauvillers, il est tombé en deux jours, les 17 et 18 janvier 2007, un total de 102,7 mm de précipitations.

Janvier est en moyenne le deuxième mois de l’année le plus neigeux. A Uccle, on compte en moyenne 4,2 jours pendant lesquels les précipitations sont en partie ou entièrement constituées de neige. Certaines années, en basse et moyenne Belgique, il ne tombe pas de neige. Ce fut le cas à Uccle en 1932, 1969, 1988, 1989, 1990, 1992 et 2002. Par contre, janvier 1917 détient un record de 15 jours de neige à Uccle. Le 13 janvier 1979, on y mesurait une couche de neige d’une épaisseur de 19 cm.

Dans les Hautes-Fagnes, la neige est restée au sol du 31 décembre 1978 jusqu’au 15 mars 1979, sans interruption. Le 28 janvier 1945, on relevait une couche de neige de 49 cm à Spa et le 27 janvier 1952, 28 cm étaient mesurés à Coxyde.

Autres variables et phénomènes

Les orages dans le pays sont rares en janvier : en moyenne, seulement 3,2 jours.

Durant ce mois, la durée d’insolation commence clairement à augmenter. La durée moyenne mensuelle à Uccle est de 58,6 heures de soleil. Depuis 1887, le total mensuel a varié à Uccle entre 26,1 heures (en 1902, 1915 et 1935) et 104,0 heures en 1954.

La plupart des tempêtes se produisent pendant les mois d’hiver. Il n’est pas rare d’observer des pointes maximales de vent de plus de 100 km/h en différents endroits du pays. Les tempêtes qui ont balayé nos régions en 1990 sont encore bien gravées dans les mémoires : la plus forte pointe maximale de vent jamais mesurée sur notre territoire l’a été le 25 janvier 1990 à Beauvechain, avec 168 km/h. Le 2 janvier 1975, les pointes de vent ont atteint des vitesses de l’ordre de 150 km/h à Ostende.

Le 27 janvier 1932, la pression atmosphérique grimpa jusqu’à 1048,0 hPa à Uccle (pression réduite au niveau de la mer). Cette valeur constitue la plus haute pression jamais mesurée à Uccle.

Cookies enregistrés