Des scientifiques de l’IRM prennent part à une conférence internationale sur la recherche climatique régionale

Cette semaine, du 14 au 18 octobre 2019, se tient à Pékin (Chine) la conférence internationale de CORDEX, au sujet de la recherche climatique régionale (International Conference on Coordinated Regional Climate Downscaling Experiment, ICRC-CORDEX).

Près de 500 chercheurs climatiques, des décideurs et utilisateurs d’informations climatiques régionales originaires de plus de 70 pays s’y réunissent afin d’échanger sur les connaissances et avancées les plus récentes autour de la recherche climatique régionale et l’information climatique régionale pour les études d’impact et d’adaptation.

Les chercheurs climatiques de l’IRM et de l’Université de Gand (UGent) prendront part aux débats et y présenteront leurs travaux.

Modèle climatiques régionaux et CORDEX

Les modèles climatiques régionaux calculent le climat d’une région particulière à une haute résolution ou avec beaucoup de détails. Ces modèles climatiques, plus détaillés, sont alors couplés à un modèle climatique global et effectuent une sorte de « zoom » sur une région précise. Cette information détaillée est cruciale afin d’étudier les impacts locaux du changement climatique, et elle jouera un rôle important dans le prochain rapport du GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat).

Le projet international CORDEX (COordinated Regional climate Downscaling Experiment) veille à l’harmonisation de toutes ces simulations climatiques régionales. Au sein du projet CORDEX, les régions, les variables et les différents scénarios pour l’émission des gaz à effet de serre sont prédéfinis (voir la figure ci-après). Des scientifiques de l’IRM et de l'UGent ont déjà contribué au projet CORDEX avec des scénarios climatiques régionaux du modèle ALARO-0 pour l'Europe et l’Asie centrale.

 

Les régions climatiques, comme définies dans le projet CORDEX (en jaune)

Les régions climatiques, comme définies dans le projet CORDEX (en jaune)

La recherche climatique de l’IRM et de l’UGent sera discutée lors de la conférence CORDEX

C’est surtout en cas de précipitations et de conditions atmosphériques extrêmes qu’un modèle plus détaillé (comme l’est le modèle de l’IRM, ALARO-0) apporte une importante plus-value. La recherche de l’IRM et de l’UGent qui sera présentée cette semaine lors de la conférence, se concentrera sur les deux aspects suivants :

- Pour la région asiatique, les interactions entre oasis et climat urbain seront étudiés pour la province chinoise du Xinjiang. La recherche a montré que l’agriculture intensive (conséquence de l’élargissement de la zone d’oasis) dans la province du Xinjia, provoque une augmentation des précipitations estivales dans les montagnes du Tianshan. [Plus d’infos]

- Les résultats de recherches statistiques sur la relation entre précipitations extrêmes et température pour différents lieux en Europe ont été récemment publiés. Pour cette étude, la longue série d’observations 10-minutes d’Uccle a notamment été utilisée. [Plus d’infos]

- Les modèles climatiques régionaux livrés au projet CORDEX ont une résolution spatiale de maximum 10km. Une méthodologie a été élaborée afin d’utiliser ces données climatiques pour étudier le climat actuel et futur de Bruxelles.

- Notre modèle ALARO-0 a également été utilisé afin d’étudier les structures des précipitations sur les Hauts Plateaux éthiopiens (Afrique). [Plus d’infos]